Archipel sur le Rio Negro

 

 

AMAZONIE
 

Super 8 & vidéo

Journal de Bord

. Rio Negro

. Amazone

. à propos des sons

Rengaines
Album Noir & Blanc
Récit Rio Negro
Presse
Cartographie
Matériel
Budget
Bibliographie
Dossier projet (2Mo)
Contact et liens
 
Menu principal

.  

Descente du Rio Negro et de l'Amazone
en pirogue à voile et balancier
été 2005


Hergé, L'oreille cassée 1937

Introduction

Au printemps 2004, Marc, un ami de longue date, au Brésil depuis plusieurs années, me parle d'un projet un peu fou. Il est question de descendre le Rio Negro et l'Amazone (une bagatelle de 3000km) en planche à voile en solo, ou -si j'accepte l'invitation- en pirogue locale, augmentée d'une voile et d'un balancier. La décision est vite (très vite) prise, puisqu'un dossier de demande de bourse doit être déposé à la Guilde de l'Aventure 5 jours plus tard... Dossier bouclé on attend la réponse, pour apprendre que ce sont deux autres projets qui ont emporté le choix du jury, dont un projet de descente d'une rivière au Kamtchatka...


Carte générale du parcours (cliquez pour agrandir)

Agrandir le plan

Tant pis on le fait quand même. Mais le projet est peu à peu mis en veilleuse, Marc doit quitter le Brésil pour raisons professionnelles et début 2005 il paraît improbable voire impossible que nous suivions le calendrier prévu, à savoir partir en mai, période des crues du Rio Negro, plus favorable à la navigation.

Pendant ce temps je quitte Strasbourg pour Bruxelles, et la lecture d'ouvrages de récits amazoniens et de guides assimil est un peu laborieuse, voire surréaliste au pays des frites. Marc se dépatouille de ses tuiles à répétitions en Martinique qui repoussent sans cesse ses retrouvailles avec le Brésil.


Franquin, le Dictateur et le champignon

On se retrouve finalement quasiment au même moment à Manaus, mon sac plein de bouquins et de médocs, la préparation technique du voyage à zéro. Je ne baragouine que quelques mots en brésilien... des novices quoi !


Maquette de la pirogue avec voile et balancier

Deux semaines sont passées à Manaus pour nous préparer. Nous commençons par faire une maquette sommaire, de polystyrène et baquettes à brochettes, ce qui nous prend une bonne journée, sous l'oeil peu convaincu de Lílian. Puis de nombreuses expéditions en ville pour trouver le matériel indispensable (accastillage sommaire, cordages, filets, moustiquaires), ne pas trouver de touques (tout autant indispensable). Coudre la voile faite de bâches, faire un mini-stage de survie à Ariaú et acheter la pirogue à quelques dizaines de kilomètres de là sur le Rio Solimões, à Manacapuru. Puis la réhausser car elle ne nous paraît pas bien haute sur l'eau.


La pirogue dans son état d'origine

... et en cours de réhaussement

 

Et puis c'est le premier départ, de Manaus vers São Gabriel da Cachoeira en Recreio, bateau de transport de passagers, en trois jours. Repas à bord et couchage tout confort en hamacs. Escales à Barcelos puis Santa Izabel do Rio Negro. Nous commençons doucement à nous inquiéter du manque de vent, constaté cette fois in situ, et idiots que nous sommes comprenons l'absence de voiliers. Le courant n'a pas l'air fortiche non plus...


Voyage en Recreio, bateau de passagers remontant le Rio Negro

 

À São Gabriel, nous passons une semaine à chercher un charpentier et à nous dépètrer de tracasseries (voir récit Rio Negro). Et puis aussi trouver le moyen de renvoyer en sûreté l'ordi de Marc à Manaus qui nous a suivi jusque là...

Enfin la pirogue est chargée, mais toujours sans voile ni balancier. Tant pis, on part quand même.

suite...


 
 
remonter